Err

Rénovation énergétique des copropriétés

Faut-il encore utiliser la notion de temps de retour ?

Le critère de rentabilité le plus souvent utilisé est le "temps de retour simple", exprimé en nombre d'années. il résulte de la division de l'investissement par les économies annuelles. Or le résultat obtenu est souvent de plusieurs années et effraie les copropriétaires ! Il est souvent surestimé, car il ne tient pas compte de l'augmentation des prix de l'énergie.
D'autres critères sont plus parlants: le taux de rendement brut: c'est le montant des économies annuelles, divisé par l'investissement; et si le temps de retour est de 10 ans, le taux de rendement est de 10%, ce qui est un taux rare sur le marché des placements.
Ou encore l'effort net mensuel: le montant de la mensualité d'emprunt diminué des économies annuelles; 20 ou 30 euros par mois, pour un logement économe en charges et confortable, c'est tout à fait acceptable ! D'autant qu'une fois l'emprunt remboursé, les charges seront fortement diminuées.
Les spécialistes pourront aussi se tourner vers la valeur actualisée de l'investissement, ou vers le taux de rentabilité interne; ces deux critères font appel au mécanisme de l'actualisation, que pratiquement les gestionnaires d'actifs

Qu'en pensez-vous ?

Michel Jouvent


Rédigé le  9 nov. 2014 10:42  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site